Copacabana

Nouveau bus de nuit pour notre nouvelle destination, la Bolivie et le lac Titicaca. Cette fois-ci, on ne peut pas prendre la compagnie de bus péruvienne Cruz del sur qu’on avait tant affectionné pendant notre voyage au Pérou. On est obligés de se rabattre sur des compagnies de bus un peu moins fiables. On va passer toute une après-midi à trouver la bonne compagnie pour rejoindre Copacabana et notre dévolu tombe sur « Nouvel continent international » .

À l’embarquement, mauvaise surprise, notre numéro de siège a été changé. Au lieu d’être à l’arrière, on se retrouve sur la première rangée devant la porte des toilettes et il n’y a qu’un simple rideau pour nous isoler de la porte des toilettes…On sera réveillés de nombreuses fois durant la nuit, qui nous ramène l’odeur d’urines en plein dans le nez…

Après une nuit pas de tout repos, on arrive à proximité de la frontière Bolivienne. On change de bus pour une camionnette qui nous amène jusqu’au poste de frontière. A l’intérieur on est 6 touristes, un couple de néerlandais, un allemand avec une thaïlandaise et nous. On est accompagnés par une personne de la compagnie pour nous aider à passer la frontière sans encombre.

Durant la route, on doit remplir un formulaire d’immigration. Signe de la bonne nuit passée, Louise demande 3 fois un nouveau formulaire car elle se trompe à chaque fois sur un champs. Ce qui met les nerfs de l’accompagnateur à rude épreuve !

Arrivé au poste de frontière péruvien, on nous tamponne rapidement nos passeports et on sort du poste. On est rejoint par le couple de néerlandais. Malheureusement cela se passe mal pour l’autre couple de touristes. Le responsable de la compagnie nous dit de passer la frontière et de rejoindre Copacabana sans lui. Il nous passe 12 bolivianos pour payer le taxi afin de rejoindre la ville lorsqu’on sera de l’autre côté.

On est un peu surpris par la tournure des événements mais on décide de passer la frontière avec le couple de hollandais. On se retrouve dans le même no mans land que lorsqu’on avait passé la frontière entre le Laos et le Cambodge. Le poste de frontière Bolivien est assez petit et en mauvaise état. Un seul policier est au contrôle à cette heure-ci. Il ne regarde même pas nos formulaires, il tamponne nos passeports, on sort. Nous voilà dans notre 7ème pays !!

Pas très loin du poste on trouve des taxis qui nous attendent pour rejoindre Copacabana. Mauvaise nouvelle, c’est 16 Bolivianos et non 12 comme notre cher accompagnateur nous l’a indiqué ! Même après négociation les conducteurs ne veulent rien entendre. Heureusement qu’ils acceptent de prendre 2 sols péruviens à la place des 4 Bolivianos qu’ils nous manquaient. Après ce faux départ, on embarque pour Copacabana.

En 20 minutes, on arrive en ville et cela change radicalement de Cusco ! Ici la ville est calme, et par contre la ville est très poussiéreuse. Chaque voiture soulève une quantité de poussières et de terre incroyable. On rejoint rapidement notre hôtel et on se reposera pour le reste de la matinée.

A Copacabana, il n’y a pas grand chose à faire. Il n’y a pas énormément d’attrait touristique mise à part sa proximité pour l’isla del Sol. Mais on y a passé de bons moments à se détendre le long des rives du lac Titicaca. C’est ce qu’on a fait d’ailleurs lors de notre première après-midi. On a rejoint les bords du lac après une visite de la magnifique église de la ville. Elle est connue pour bénir assez régulièrement des conducteurs avec leurs voitures. Malheureusement nous n’en verrons pas aujourd’hui.

Après cette visite direction le lac et quelle ne fût pas notre surprise de voir les centaines de pédalos canards plus vétustes les uns que les autres alignés sur les rives du lac. Cela nous a beaucoup amusé avec Louise. On a d’abord cru qu’ils étaient abandonnés mais on c’est rendu compte que pas mal de jeunes Boliviens les utilisés. On a passé une bonne partie de l’après-midi à les regarder en train d’essayer de piloter ces engins. Il y a eu pas mal de ratés !

Le lendemain, on décide de marcher un peu le long des rives. On y découvre des boliviens en train de réparer leurs bateaux et cela nous donne une belle vue sur la ville. L’après-midi, on va dans les différentes agences de voyages afin de réserver notre billet de bateau pour l’île d’Isla del sol le lendemain et pour notre bus de La Paz le surlendemain.

Le soir je décide de monter sur le mirador le la ville, le Calverdio pour le coucher du soleil. Il faut avouer qu’à 3800m d’altitude, le Calverdio porte bien son nom ! Mais en haut, on a une vue magnifique sur Copacabana et la lac Titicaca.

Aujourd’hui, on va en direction de l’île du soleil ou l’isla del sol en langue local. D’après la légende, c’est de là que partirent Manco Capac et Mama Ocllo pour fonder la cité de Cuzco qui devint capitale de l’empire Inca et nombril du monde !  

On embarque dans un petit bateau et on met 1h30 pour rejoindre l’île. Avec Louise, on se dit qu’on a du mal à croire qu’on est sur un lac tellement l’immensité bleue nous paraît infinie de chaque côté.

Arrivés sur l’île, on paye un droit de péage de 10 bolivianos par personne. Première étape de la journée rejoindre notre hôtel !Cela parait simple dit comme ça, mais on est à 3800m et notre hôtel est au sommet de l’île à 4100m ! Une bonne heure de marche nous attend. D’ailleur, on commence notre ascension par un magnifique escalier Inca bordé d’une petite rivière.

A cette altitude, la montée assez raide est plutôt éprouvante. Louise malgré son asthme se débrouille superbement bien. On y va étape par étape et on arrive en un seul morceau à l’hôtel. La vue ne nous fait pas regretter le choix d’un des hôtels les plus hauts de l’île.

Après une petite demi heure de repos, on décide de faire le premier point de vue de la journée qui est situé non loin de l’hôtel. Bon on va quand même marcher 30 min supplémentaire mais l’effort est récompensé par une vue magnifique sur la cordillère royale et la partie nord de l’île.

Malheureusement ces efforts ont eu quelques effets négatifs sur Louise qui commence à avoir mal à la tête et avoir des sifflements dans les oreilles….Les prémisses du mal d’altitude !

On redescend, et on se  pose à une belle terrasse afin de manger et de se reposer. Louise prend un bon maté coca afin de calmer un peu le mal d’altitude.

Après manger, on décide d’aller à un autre point de vue. Mais cette fois pas de grosse montée. On traverse une petite forêt et encore une fois, on a un point de vue assez magique sur le lac.

Après ce deuxième point de vue, on rentre à l’hôtel se reposer. Malheureusement, l’état de Louise ne s’améliore pas et son mal de crâne s’amplifie….

On va quand même le soir au restaurant, manger un délicieux saumon tout en profitant d’un magnifique coucher de soleil. 

Le lendemain, après une nuit difficile pour Louise, on descend rapidement vers le port afin de reprendre la bateau pour Copacabana et de rejoindre notre bus  pour la Paz.

Alors que l’aller en bateau c’était très bien passé, le retour est plutôt un calvaire. Le bateau est bondé et le moteur enfume toute la cabine !

Bref c’est avec un certain soulagement qu’on débarque sur la terre ferme et qu’on prend notre bus direction La Paz.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *